Je commence un bouquin espagnol sur le maternage: Besame mucho du Pédiatre Carlos Gonzalez, sous -titre: "comment élever tes enfants avec amour".

Deux bonnes surprises: je suis surprise qu'un livre espagnol de ce genre ait été vendu - quand même - à  85 000 exemplaires. Les espagnols ne seraient finalement pas si "traditionnels" dans leur éducation? et surprise de la personne qui me l'a donnée, avec qui je discute régulièrement et qui se moque bien gentiment de mes opinions. Elle me l'a donnée en rigolant "tiens c'est un bon bouquin mais nous on est des parents indignes on la laisse quand même pleurer la nuit; tu l'appliqueras peut-être différemment".

Les idées clés, je les ai déjà mais j'ai commencé quand même à le lire et c'est agréable de "s'entendre redire" des choses de manière évidente auxquelles on croit, surtout quand tout le monde autour de vous vous fait des petites remarques, pas forcément asssassines, mais qui au bout du compte lassent. Je suis maintenant en mode "je compte faire comme ça, on verra bien, chacun son truc, moi ça me plait de pouvoir l'allaiter longtemps / de la porter / d'envisager d'utiliser des couches lavables / d'envisager de dormir de temps en temps avec elle / de ne pas la laisser pleurer / de m'adapter moi à ses rythmes à elle, etc." sans justifier à tout bout de champs. Et puis même moi, j'ai des croyances, mais je verrai à la pratique...

Et finalement, en n'essayant plus de convaincre ou de rallier à sa cause, les gens nous acceptent et les idées font leur petit bonhomme de chemin. Tout doucement, mais sûrement.

Ma mère pas plus tard qu'hier: "mais enfin tu ne comptes quand même pas l'allaiter jusqu'à 6 mois, il faut diversifier l'alimentation à 6 mois!", ben et pourquoi pas? quel est le problème? même l'OMS recommande six mois minimum d'allaitement...

Idem avec ma gynéco: moi: "et l'épiosiotomie, qu'en pensez-vous? car j'aimerais l'éviter. Vous le recommandez?". Elle: "la question n'est pas de savoir si je le recommande ou pas, c'est comme ça, cela concerne toutes les femmes, il ne faut pas se poser la question". Et elle a commencé son speech sur les tous les bienfaits de l'épisio...

Moi qui la trouvais plutôt plus ouverte que les autres, je suis sortie de là déprimée en me disant: si même elle est pro-épisio, je n'ai aucune chance de me faire entendre le jour de l'accouchement... Je lui avais auparavant dit que je comptais faire un projet de naissance pour lister mes souhaits par écrit et comment je pouvais le faire parvenir à la maternité. Elle a souri en répondant "Melle, vous n'êtes ni en France ni en Angleterre, ici ça ne se fait pas, ça ne sert à rien"...bon, ok.

Tout ça pour en venir à une citation du livre:

Il s'agit des tabous actuels de notre société sur l'éducation qui ont énormément évolué et qui aujourd'hui concernent principalement le type de relation mère - enfant.

Quelle est selon vous la phrase qui choquerait le plus aujourd'hui, si vous allez voir votre médecin et que vous lui dites:

a- J'ai un enfant de trois ans, j'ai fait l'amour avec plusieurs inconnus cet été et j'aimerais faire un test du dépistage du SIDA.

b- J'ai un enfant de trois ans et je fume un paquet de cigarettes par jour.

c- J'ai un enfant de trois ans et je continue de l'allaiter et il dort dans notre lit.

A la première phrase, le médecin n'osera sans doute pas faire de commentaire sur la manière dont vous gérez votre vie intime et vous donnera l'ordonnance pour faire le test. A la deuxième phrase, vous aurez droit à un commentaire général, et encore même pas si le médecin est lui même fumeur.

Tout ça pour dire que ce sont des choses acceptées dans notre société. Par contre pour la troisième phrase, vous aurez certainement droit à une leçon d'éducation et à un jugement sévère sur les méfaits d'allaiter tard et les conséquences de dormir avec son enfant...